☆Family-LGBT☆

Rejoignez-nous sur le site officiel de family-LGBT&co.com +18 ans
==> http://www. 100% gratuit

filial: family-gay.com, family-gay.org, family-gay&co.com partenaire avec plein de sites, blogs et forums, zurtout reconnu par sa famille d'associations LGBT et ami de stars...

Référencement reseau annuaires 118 - referencement gratuit

Websyndic V2

Site de discutions et de rencontres gays, lesbiennes et bisexuels, Ados et Adultes.

Face à la mutation de Têtu, les salariés en colère

Partagez
avatar
Philou92
Admin & Webmasteur
Admin & Webmasteur

Messages : 503
Date d'inscription : 05/06/2010
Age : 47
Localisation : Asnières-sur-Seine

Feuille de personnage
qui va jouer au jeu de rôle qui va jouer au jeu de rôle: dragounet
15032013

Face à la mutation de Têtu, les salariés en colère

Message par Philou92

Vendu par Pierre Bergé à Jean-Jacques Augier en février, le magazine Têtu se prépare pour son premier plan social. La moitié des emplois et la rédaction web sont menacés.

Sous perfusion depuis sa création en 1995, Têtu s’apprête à changer radicalement de trajectoire. Le nouveau propriétaire du magazine gay et lesbien, Jean-Jacques Augier, un proche de François Hollande, n’entend pas laisser le titre continuer à perdre 6.000 euros chaque jour malgré son tirage à 40.000 exemplaires.

Les sacrifices seront importants, et surtout pour les salariés: le plan social à venir pourrait en laisser la moitié sur le carreau. Les inquiétudes qu’ils ont éprouvé à la vente de leur titre étaient bien fondées. Quelques détails ont été ébruités dans la presse, chez Libération ou Ozap. Outre le chiffre de 16 suppressions de postes (sur un total de trente) dont 6 journalistes, l’ancien directeur, Gilles Wullus, a déjà été remercié le 14 mars.

Il serait aussi question d’abandonner le site web à la sous-traitance du concurrent direct, le site web Yagg. Du coup, tous les journalistes travaillant sur le site seraient concernés par le plan social.

"L'ordre de grandeur n'est pas faux"

Joint par BFMTV.com, Jean-Jacques Augier ne confirme pas ces chiffres pour la simple et bonne raison que les négociations ne sont pas terminées. Mais le nombre de postes concernés sera bien approximativement celui-là: "L’ordre de grandeur n’est pas faux."

Pour les salariés, la pilule est difficile à avaler. "C’est vrai que les comptes sont pourris mais c’est normal, on n’a jamais cherché à les assainir. Il n’y a eu aucune mise en perspective avec le projet de Pierre Bergé qui était fondé sur le mécénat: maintenant on va supprimer des services entiers sans essayer de les faire marcher dans un modèle économique viable", constate l’un des journalistes de la rédaction.

Têtu.com géré par Yagg.com ?

Quant à l’abandon de la rédaction web, cela "fait partie des possibilités" et des discussions sont en cours avec Yagg: "Mon problème c’est de trouver une solution pour que la marque Têtu puisse exister sur le Web sans perdre d’argent."

Mais l’histoire est déjà compliquée entre le magazine et Yagg, fondé voilà quatre ans par un ancien de Têtu, Yannick Barbe. Il serait pressenti pour devenir le nouveau directeur de la publication, une information que ne confirme pas Jean-Jacques Augier.

L'hypothèse de ce retour comme celle de ce mélange ne rassurent pas les journalistes. "C’est choquant: Yagg est un concurrent et un rival historique créé par des anciens revanchards", confie un membre de la rédaction. Un autre confirme: "On est tous choqués, il tue deux médias d’un coup et il file le boulot à la concurrence!"

Il est vrai que les deux sites appartiennent à deux cultures bien différentes, et ne partagent pas la même ligne éditoriale.

"On va se faire virer par un fantôme"

La manière a également provoqué la colère des salariés, qui ont le sentiment de n’avoir pas eu leur mot à dire dans le processus. "Tapie, à La Provence, il s’est au moins présenté aux salariés. Ici, Augier rase les murs, il ne s’est jamais présenté à nous. On va se faire virer par un fantôme."

"On me dit que je ne prends pas en compte la dimension humaine. C’est un procès d’intention inacceptable!" se défend Jean-Jacques Augier, qui assure faire avancer le plan social en faveur des salariés autant qu’il sera possible.

L’homme déclare faire tout ce qu’il peut pour sauver le magazine: "Pierre Bergé m’a personnellement choisi pour la pérennité du titre, avec comme obligation la restructuration de l’ensemble. On renégocie absolument tous les contrats. Tous! La rédaction va même déménager dans des locaux plus petits. L’effort est réparti."

Pour les salariés, le combat à mener est maintenant celui des conditions de départ qui leur permettront de rebondir dans un marché de l’emploi particulièrement difficile. Le nouveau directeur de la rédaction devrait être nommé en tout début de la semaine prochaine, pour lui permettre de mener à bien le numéro en cours, qui va entrer en bouclage.



_______________________________
by Philou92600 Le Webmaster & Administrateur
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Aucun commentaire.


    La date/heure actuelle est Mer 23 Mai - 17:10